mardi 20 septembre 2016

Du 11 au 21 Septembre 2016


Au lever du jour, nous nous activons car le bateau doit être sortit de l'eau. Keith, le mécano est déjà sur la jetée et nous invite à regagner le quai. Il nous indique une place improbable où l'on doit se faufiler entre des bouées et des bateaux. Prise à dépourvu, je n'ai pas le temps de me poser des questions sur la manœuvre à effectuer. L'espace octroyé pour le bateau est au centimètre près et lorsque je me glisse dans la place indiquée sans avoir accroché ou touché quoique ce soit, le mécano semble plus qu'étonné et me crie - « Brillant !!! »







La grue arrive sans que nous ayons une seule seconde de répi, il faut préparer tout le gréement à être démonté, tout est dévissé, le mât tient malgré tout en équilibre. Je démonte la capote car le mât va être posé sur le bateau. Keith dit à Marco de monter dans le mât afin de passer une longe autour que la grue lui tend. Marco me regarde avec des yeux ronds comme des billes !
-  « Il est taré, le mât ne tient à rien... »
Mais pour Keith et les autres gars cela ne semble pas leur poser un problème, alors mon tarzan s'arme de son baudrier et de son courage et grimpe au mât bringuebalant.








Tout est en place, la grue enlève notre mâture et la pose sur le pont qui ne semble guère apprécier le poids. Puis c'est au tour du bateau d'être soulevé dans les airs ! L'opération impressionne les badauds regroupés autour et nous avec.



















Tout est fait un peu à la roots avec les moyens du bord, comme le calage sur la remorque.

Parfois le bateau penche, glisse, ripe. J'en suis malade.
























Sur la route, la hauteur du bateau nécessite de lever les fils électriques pour passer... Et la suite est encore plus corsée car le terrain meuble ne supporte guère les étais. Là, ne pouvant être d'aucune aide, je préfère m'en aller. L'opération de calage va prendre toute la journée. Marco et Keith finissent par construire un ber de fortune à l'avant, en soudant des poutres métalliques.





Le soir, lorsque nous montons à bord je ne suis guère rassurée, le bateau bouge et penche. Dans la nuit 2 étais tombent ( je suis encore moins rassurée..)
Le mec de la grue n'a pas voulu mettre le mât à terre de peur que le bateau bascule durant la manoeuvre, pas assez calé à son goût! aussi il va falloir se débrouiller avec Keith pour le faire nous même.
2 jours plus tard Keith et son tracteur se pointent pour s'occuper de cela ! On est en train de manger, mais dans les secondes qui suivent, nous voilà entrain d'oeuvrer pour une opération délicate.
-  «  Non mais, il est vraiment taré le type !» s'écrie Marco en voyant la filière pliée, le pont s'enfoncer avec le poids du mât et nous, tentant de porter l'arrière...
Après plusieurs essais et plusieurs frayeurs, le mât en équilibre est descendu!!
«  Ben vingt dieu ! C'était chaud ! »
Malgré l'ingéniosité de ce mécano, on estime qu'il est quand même un peu fêlé, même s'il n'a peur de rien !


Keith est mécano, mais également homme de toute situation.



Ce petit bonhomme ventru, au cou de taureau, ne se démonte devant rien. Derrière ses lunettes de vue, ses yeux pétillants et sourieurs affichent un air tranquille. Il répare tous les types de moteurs, comme en témoigne son jardin : bateaux, tracteurs, camions... En ce moment il fabrique même des roulements pour un avion et une remorque. Le cambouis, le gazole semblent être son maquillage quotidien. Du matin au soir, il répare, bricole et de temps en temps, il se débarbouille pour se transformer en capitaine. Il emmène des touristes voir les baleines ou pêcher en mer avec son gros bateau moteur. Un sacré type, avec un gros cœur, qui ne compte pas sa peine, mais il à l'air d'aimer bosser dur ! Alors c'est vrai qu'il ne donne pas dans la dentelle... mais il est efficace !



Son jardin atelier n'a rien d'un chantier, ce qui est, au final, assez plaisant pour nous ! Du bateau on a vu sur les belles montagnes et l'on est entouré de verdure, de poules, cochons... Le lieu est calme, on traverse la route et l'on est sur la plage. Même si nous n'avons aucunes commodités, nous apprécions ce «  chantier champêtre ».
Cependant, il faut avouer que cet hivernage n'est pas de la tarte, 8 jours intenses qui compensent largement les jours de glande que nous avons pu avoir à bord ces derniers mois ! Le fait d'avoir démâté, nous a donné un peu plus de boulot !!! En plus, le poids du mât sur le pont a endommagé les hublots qu'il a fallu recoller et autre bricoles à refaire...


Nous avons dû faire de la paperasse côté douane pour faire importer le bateau, vu que nous le laissons un peu plus de 6 mois !
Les billets pour la Nouvelle Zélande sont pris et le camping car réservé !
A nous la découverte de ce beau pays ( même si nous y sommes déjà allés il y a quelques années).
Le voyage se poursuit donc, un peu différemment, c'est ça qui est chouette...





Bilan de cette saison : Cette année on peu dire que côté vent nous avons été servi, un peu trop d'ailleurs !!! On savait qu'après le Nino c'était au tour de la Nina et que souvent les vents sont plus intenses, ce qui s'est vérifié. Du coup, nos choix se sont portés sur la recherche de lieux aux mouillages abrités. Ce qui n'est pas toujours évident lorsque les vents tournent. On peut dire que l'on s'est bien fait secouer ! On a eu beaucoup de grains, et les zones de convergences du Pacifique sont restées plusieurs mois dans les parages. Les créneaux pour naviguer étaient donc très réduits, sachant qu'avec notre petit bateau au delà de 25 nœuds de vent cela devient de la navigation sportive !
Malgré tout, nous avons pu découvrir encore des lieux extraordinaires, sauvages et de toute beauté. Et faire de belles rencontres. Il y a heureusement de douces compensations...
C'est vrai que la dernière partie du voyage a été très mouvementée et qu'elle nous a quelque peu refroidie. Aussi nous sommes contents d'être à nouveau terrien. Finalement vivre 6 mois sur l'eau et 6 à terre nous va très bien ! Et puis, même si vivre à bord ne coûte presque rien, il faut quand même travailler un peu si nous voulons poursuivre notre voyage...








samedi 10 septembre 2016

Du 07/09/2016 au 10/09


Notre mécano a plus d'un tour dans son sac ! La pompe de gavage est démontée sans avoir besoin de sortir le moteur et remplacée par une autre, prise sur un autre moteur ! Quelle chance de trouver celle qu'il faut! Le moteur est donc réparé.
En allant voir notre mécano à son atelier, on constate qu'il y a 3 voiliers dans son jardin. En parlant avec lui, il nous dit qu'il est possible de laisser le notre et ce à moindre prix. La réflexion va bon train et en l'espace d'une heure, tous nos projets futurs sont remis en question.
Nous décidons donc d'hiverner le bateau ici. Pour cela, il va falloir faire appel à une grue pour la mise hors de l'eau et démâter. Ce sera ainsi l'occasion de remettre le gréement à neuf et faire un bon cheking ! Nous ne tardons pas à nous activer pour que tout soit prêt lundi.
Aux Tonga l'hivernage nous aurait coûté deux fois plus cher, ainsi que les billets d'avion, sans parler qu'ici nous avons nettement moins de risque de cyclones.
Du coup, il nous reste un mois et demi devant nous avant notre retour en France.
-  «  Et si nous en profitions pour aller en Nouvelle Zélande ( à seulement 4h d'avion) et faire un tour en camping car ? »
Le mécano au courant de notre intention, nous dit que sa sœur a un van qu'elle pourrait nous prêter !
Les rebondissements ne cessent de s'enchaîner, à croire que le hasard fait bien les choses.
Les situations que l'on jugent parfois négativement ( comme une panne de moteur) peuvent s'avérer au final une opportunité.
Ce qui me plait, c'est cette liberté que l'on a à chaque instant de pouvoir modifier nos plans en s'adaptant aux nouvelles situations.















Nous n'avons pu aller nous mettre à couple du bateau de pêche, aussi nous optons pour aller nous mettre à l'ancre dans le petit port, afin d'attendre le passage du vent du Nord. 4 bateaux sont partis et seulement deux bateaux restent à quai. L'un d'eux de toute façon n'a pas le choix, il a interdiction de bouger. On nous apprend que le capitaine avait à son bord une équipière et dans la traversée celle-ci est tombée par dessus bord et n'a jamais été retrouvé. Un enquête est ouverte, car l'histoire ne semble pas très nette, le jour où la femme est tombée, il n'y avait pas de vent, on suppose alors, que le capitaine aurait pu la repêcher ??? Une histoire horrible...
Un gros ketch vient d'arriver nous allons les aider aux amarres. Il s'agit du bateau d'une association pour les jeunes en réinsertion ou à problèmes. Ils font un tour du monde sur 4 ans avec des changements d'équipage ( de jeunes!) Quelle expérience magnifique...


L'idée est vraiment géniale, ces jeunes découvrent ainsi une autre façon de vivre, explorent leurs limites et acquièrent certainement un nouveau regard sur le monde et leur environnement. Voilà une initiative de réinsertion qui me paraît vraiment constructive !


Le vent du Nord est là, moins fort que nous l'attendions heureusement. Le mouillage est loin d'être confortable, mais on a connu bien pire !!! Le souvenir de celui de l'île de Pâques nous revient en mémoire ! ( Celui là restera dans les annales!)









Je regarde la mer et soudain juste à la sortie du port je vois une énorme baleine faire un saut prodigieux hors de l'eau ! Une telle masse suspendue dans les airs est un défit à la pesanteur ! Je suis sidérée ; les gerbes d'eau produites à son atterrissage n'en sont pas moins spectaculaires. Et pour m'en remettre, une fois de plus, plein les yeux, elle réitère son saut une deuxième fois ! Je n'en reviens pas. Marco, aux toilettes, m'entends crier et commenter l'évènement sans qu'il puisse venir assister au spectacle, il est vert...
Le samedi est jour de marché : artisanats, légumes, fruits, petits plats à emporter... Il y a de l'animation et de belles couleurs locales aux notes Polynésiennes. Les gens d'ici sont de type Polynésien tout comme leur gentillesse et générosité.








jeudi 8 septembre 2016

Du 29/08/2016 au 06/09 TRAVERSEE (Huahine) – TONGA ( Vavau) via RAROTONGA

Huahine nous offre son mouillage confortable dans le lagon entouré de belles montagnes.
La veille de notre départ la petite famille à Jean Luc et un ancien pote de l'UCPA viennent à bord fêter notre départ. Une célébration à la Hinano histoire de quitter dignement la Polynésie !

1er Jour de navigation


Le lendemain matin, le ciel est chargé de grains et de pluie, il faut néanmoins lever l'ancre, l 'heure du départ à sonné ! Durant quelques heures aucun répit, nous sommes mis dans le bain direct ! Nous devons passer au Sud de Raïatea, pour cela on doit maintenir l'allure du près.
On s'active, on réduit la voilure. Le bateau gîte, les vagues cognent, nous éclaboussent, les grains se succèdent. On espère juste que la météo annoncée ne tardera pas à arriver !

La perspective de cette longue traversée ne m'a pas empêché de dormir. J'ai appris avec ces quelques années de navigation, à ne plus me faire de bile à l'avance. Tout étant imprévisible, mieux vaut ne pas penser et attendre d' être dans le feu de l'action.
Là, nous y sommes. Les grains n'étaient pas prévus et pourtant ils font partit de notre décor aujourd'hui !
Nous avions également projeté de faire route avec escale à Suwarrow et quelques heures avant de partir nous avons changé notre plan (à cause de la SPCZ qui semble se diriger sur la route du nord, d'ici quelques jours). Nous passerons donc par Palmerston, la route du milieu !
Encore une fois, mieux vaut ne pas se focaliser sur les plans initiaux et rester disponible au changement à tout instant !

Hier nous avons passé quelques heures à nettoyer, frotter la coque, afin d'enlever algues et crustacés. Nous nous en félicitons car le bateau glisse à merveille frôlant les 7 nœuds au portant avec 25 nds de vent ! Au fil des milles, dans les limbes nuageuses, les différentes îles de la société s'éloignent peu à peu : Huahine, puis Raïatea, Tahaa, Bora Bora...
Nous prenons conscience que cette fois s'en est finit de la Polynésie. Arrivé depuis 3 ans dans ces lieux, nous avons eu largement le temps de profiter de tous les archipels, ( seul celui des Australes manque au tableau).

Ce rêve Polynésien fut à la hauteur de nos attentes et même plus. Nous avons été imbibé de la beauté des îles, leur tranquillité et la gentillesse des gens. Nous avons aussi été bien secoués par les vents et la mer... La force des éléments et de la nature est bel et bien présent. Par dessus tout, c'est peut être l'aspect sauvage et préservé de certains lieux qui nous ont le plus touché (comme ce fut le cas aux Tuamotu). Combien de lieux aujourd'hui ont pu conserver leur authenticité sans que la main de l'homme ne les dénature ?

Trouver encore des endroits où l'aspect originel et la pureté rayonnent est si rare...
Ce fut pour nous, une expérience unique et un moyen d'apprendre à vivre en harmonie avec le milieu ambiant, apprendre à se nourrir de ce que l 'on y trouve... Et par conséquent une façon de devenir plus respectueux de notre environnement, sachant que nous en dépendons.
Il y a tant de merveilles sur cette planète... souhaitons que les consciences s'éveillent afin de les conserver !!!

Dans la nuit, les nuages se dissipent peu à peu laissant place aux étoiles et à une voix lactée scintillante. Les grains nous quittent, les vents se calment et la mer du coup, devient moins agitée.
Vu la route que nous faisons, nous pouvons nous autoriser des quarts et une surveillance un peu plus laxiste ! On doute fort de croiser un bateau dans ces eaux du Pacifique.

2eme Jour


Le soleil est là, un doux vent d'une vingtaine de nœuds souffle dans nos voiles. L'horizon a perdu tout relief il n'y a plus une terre à vue! Le bleu outre mer et bleu ciel imprègnent désormais nos rétines. Le grand large porte en lui une forme de silence qui inspire le respect. Le bavardage n'a plus de place, et c'est vrai que sur l'eau les mots perdent leur raison d'être. Nous nous imprégnons davantage de ce qui nous entoure : du murmure ou sifflement du vent, nous écoutons l'écoulement de l'eau, son clapotis, ses chocs sur la coque, même la voûte étoilée semble emmètre une certaine mélodie. Les cris d'oiseaux retentissent aussi. Aujourd'hui l'un d'eux à la blancheur immaculée est venu à deux mètres au dessus de moi en stationnaire, pour m'observer, j'ai fait de même avec lui !
Le soleil dans la journée est trop violent pour pouvoir rester dehors, nous n'avons hélas pas de bimini ! Comme nous sommes vent arrière, nous pouvons ouvrir les hublots pour ventiler l'intérieur malgré la houle!

Nous prenons notre repas dans le carré, quand tout à coup une rafale fait partir le bateau au lof.
Nous entendons un grand fracas, je vois les yeux de Marco sortir de leurs orbites en comprenant ce qu'il va arriver... Une vague d'eau pénètre alors par tous les hublots ouverts. Nous prenons une copieuse douche avec élan : nos assiettes débordant d'eau de mer, les coussins du carré flottant joyeusement ; le sol trempé... Marco se précipite à l'extérieur pour redresser la situation, je l'entends crier en voyant un ruisseau se déverser dans nos cabines. Tout est inondé, les matelas baignent dans l'eau de mer. Quelle poisse ! Nous voilà occupés durant quelques heures et bien ennuyés car nous ne pouvons rien rincer à l'eau douce ( nos réserves ne nous le permettent pas) On éponge, on essort tout ce que l'on peut... Nos matelas ont bien reçu ! On fera sécher tout ça demain au soleil, mais en attendant l'humidité accompagne notre nuit. Pas seulement l'humidité d'ailleurs, mais de bonnes secousses également. Nous avons tangonné le génois et sommes plein vent arrière, avec la houle ça roule d'une copieuse façon.

3 eme jour


Ce matin, j'ai l'impression d'avoir été matraqué et d'avoir la gueule de bois ! Le manque de sommeil combiné au corps contracturé par le mouvement incessant me remet rapidement dans le bain des traversées. C'est le régime habituel ! D'ailleurs d'ici 3 ou 4 jours on aura perdu 3 ou 4 kilos en prime. Marco ayant déjà l'épaisseur d'un haricot vert, je me demande ce qu'il va rester de lui ?
Le bol fumant du petit déjeuné reste dans l'évier car à tout moment ça peut valdinguer, si tu veux tremper ta tartine et bien tu restes debout !

«  C'est quand même pas facile, hein ? » me dit Marco.

Pourtant les conditions sont assez clémentes : les grains ont cessés, le vent se maintient à 20 nœuds, ça roule juste à cause de la houle...
Hier, deux jolis thons jaunes ont mordu aux lignes de traîne. Nous avons rendu la liberté à l'un car la taille de l'autre nous suffit pour en manger durant 3 jours ! Ces cadeaux de la mer sont toujours bien appréciés...
En début de nuit, je viens gratter les pieds de Marco pour le réveiller afin qu'il m'aide pour une manœuvre. Il fait un bon prodigieux, les yeux hagards et paniqués.

«  J'étais en train de rêver que le moteur crachait sur moi plein de liquide huileux et que j'étais tout noir, il y en avait plein les cabines... »

Quelques heures plus tard le vent tombe méchamment, le tangage ne permet plus de porter les voiles, il nous faut l'aide du moteur.

Nous démarrons notre engin et voilà qu'il s'arrête, nous recommençons même scénario !
Marco va voir ce qui se passe dans la cale moteur, mais ne voit rien, impossible de mettre ce foutu engin en route. Notre malheureuse voile bringuebale comme nous d'ailleurs.
Marco entreprend de démonter, changer tous les filtres, nettoyer, vérifier tout le circuit gazole... Rien ! Il passe toute la nuit plié en deux dans une toute petite trappe donnant accès au moteur, shooté à l'odeur de gazole et du manque de sommeil. Je fais son assistante pour aller chercher les outils, éponger le gazole... Après avoir tout essayé Marco en déduit que le problème vient certainement de la pompe à gazole et pour réparer ça, il faut peut être sortir le moteur !!

Au lever du jour, nous sommes désespérés. Il nous faut réfléchir à la suite des évènements. Nous allons prendre l'air et calmement envisageons toutes les solutions possibles.
Continuer la traversée sans moteur c'est s'exposer au risque d'amoindrir notre sécurité, si nous avons le moindre problème de gréement et bien on est pas dans la merde. De plus, nous devons traverser une zone sans vent qui en principe nécessite le moteur. Il nous reste plus de 2000km à parcourir aussi nous ne pouvons prendre le risque de poursuivre. Que faire ? Demi tour à Raïatea ? Les plus de 600km face au vent et la houle ne nous enchantent guère. Parmi les îles voisines nous étudions celles où l'on pourrait s'arrêter ( munies d'un port) et surtout où nous pourrions trouver de quoi réparer.
Notre unique chance se trouve à Rarotonga , capitale des îles Cook du Sud à 500 km de là. Nous allons devoir changer de cap.

Entre temps le vent est de retour ce qui nous permet de gonfler à nouveau nos voiles. Nous remettons le tangon et PAFF ! L'accroche du hale-haut casse, on a pas de riveteuse pour réparer alors on bricole... Là, ça commence à faire beaucoup !!!

4eme jour


Marco passe à nouveau toute la journée le nez dans le moteur pour tenter quelque chose mais en vain. Entre l'odeur de gazole, le manque de sommeil, la tension, nos mines ne sont pas belles à voir ! Heureusement le vent se stabilise et nous avançons à bonne allure au portant.
L'iridium, nous permet de contacter par mail le CROSS Gris nez afin de les informer de notre situation. Ils ne tardent pas à nous répondre qu'ils ont pris contact avec les autorités portuaires de Rarotonga et qu'ils seront là pour nous porter assistance à notre arrivée. Toutes les 12 heures nous leur communiquons nos positions.

La météo prise, nous laisse entrevoir la menace d'un front sur notre route ... Cela signifie des vents perturbés, changeants, des grains, des rafales et des moment sans vent avec de la houle ! Super ! surtout sans moteur...
En attendant on essaye de dormir, mais cela s'avère mission impossible, l'esprit reste malgré nous en alerte...

5eme jour


Le jour se lève et nous laisse découvrir le carnage qui nous attend, nous sommes cernés par des barres noires de toute part qui se dirigent vers nous. On se prépare : on opte pour une simple trinquette à l'avant, on ferme tout, on cale, on sort les vêtements de pluie et on attend.
Le grain arrive rapidement accompagné de pluies diluviennes, Marco dehors se prend sa rincée matinale et se tient prêt de la barre durant quelques heures... Les rafales sont passées, mais le pire reste à venir : privé de vent, une mer démontée secoue le bateau en tout sens ! Nous devons affaler notre unique voile. Enfermé dans le bateau on valdingue, on danse le rock&roll, se laissant dériver on ne sait où.

Soudain, le vent reprend de plus belle, il passe au Sud, forcit et s'établit à 30-35 nds . Comme si cela ne suffisait pas d'autres grains se joignent au concert avec des rafales à plus de 40 nds. La mer en colère projette des vagues qui catapultent tout ce qui se trouve dans le bateau, nous y compris ! Nous nous sommes enfermés, et mieux vaut ne pas mettre le nez dehors, sous peine de suivre l'écoulement des masses d'eau qui passent par dessus. Effrayant est le mot qui me vient en regardant par le hublot.
C'est ce que l'on appelle une bonne dégelée !

Nous nous calons dans nos cabines avec des coussins amortisseurs et patientons pendant 10 heures.
Les détonations nous font sursauter, ça valdingue, ça tangue, ça saute, ça tape... ! Le vent hurle, la pluie s'en mêle. Notre embarcation n'est plus qu'une coque de noix se faisant balloter dans tous les sens. Au milieu de cette situation, me revient à l'esprit un jeux que je faisais avec ma sœur : tu préfères quoi ? Alors je demande à Marco :

« Tu préfères quoi : être là, ou devoir manger une crotte de chien ? »
« Etre là et toi ?»
« Moi aussi ! »

Du coup on est presque content de notre sort ! L'humour est souvent un bon atout face à certaines situations, et aujourd'hui on en a bien besoin. Ce sont les pires conditions au niveau intensité que nous avons connu jusqu'alors en mer, malgré tout nous n'avons pas l'impression d'être en danger.
Rester centré, calme, relativiser et patienter est certainement ce qu'il y a de plus adéquate. Lorsqu'il n'y a pas d'autre alternative, mieux vaut opter pour une forme de passivité et d'acceptation !
Nous n'avons pu nous mettre à la cape car hisser les voiles s'avérait un peu trop périlleux, aussi, après avoir dérivé durant 10 heures sur 40km, peu à peu le vent baisse.
Nous pouvons à nouveau reprendre notre route, la nuit est déjà tombée. Etonnement la houle se calme très vite, nous en sommes surpris ! Prudemment nous ne mettons que la trinquette à l'avant, puis nous sortons la grand voile et passons entre quelques petites îles des Cook du Sud.

6eme jour


Au matin le vent se fait plus que léger et nous devons sortir le spi pour continuer d'avancer.
Comment peut on imaginer vivre des situations si différentes en l'espace d'une journée ?
Aujourd'hui le soleil brille, la mer est ronde, les vents doux. L'environnement balaye hier. Nos esprits cependant mettent un peu plus de temps à le faire, les empreintes sont encore trop fraîches.
Marco a un coup au moral et le sommeil n'a pas été là pour lui venir en aide. Entre les soucis de moteur, la météo à venir, notre arrivée au port, notre route et organisation future...Cela soulève quelques réactions et réflexions...
Parfois on se demande si tant de risques et de complications en vaut la peine... Mais ça c'est quand on a pas le moral...

Il nous reste encore 180 km avant d'arriver, nous mettons tout de notre côté pour arriver demain de jour. Cela implique de s'occuper au mieux de la marche du bateau, en sortant nos différentes voilures pour s'adapter aux caprice du vent.
A la tombée du jour, on remplace le spi par la grand voile et trinquette car le vent a repris un peu de vigueur. A cette allure là, nous serons rendu demain matin à bon port : petit port de commerce qui n'est pas aménagé pour les plaisanciers, mais ils y a moyen de s'y arrêter, en mettant une ancre à l'avant et en accrochant 2 amarres à quai. Par contre, son exposition complètement ouvert au Nord, ne tolère guère des vents de ce secteur. La météo hélas nous apprend que d'ici quelques jours cela risque d'être le cas... Aï ! Aï, Aï.... Bon on verra...

7 eme jour


On approche de Rarotonga, nous tentons de joindre les autorités portuaires qui ne répondent pas. Nouvel essai plus loin : toujours rien. Le stress monte. Quelle alternative avons nous si personne ne nous vient en aide ? Les divers scénarios défilent comme les milles et nous voilà à seulement 1 mille de l'entrée quand enfin, la connexion s'établit. Un remorquer arrive, cependant vu la houle, nous préférons être engagé dans l'entrée du port ( lieu moins agité) pour donner nos amarres.



Nous y sommes, le temps de rouler le génois, le vent nous déporte dangereusement vers les reefs. Le remorqueur prend nos amarres et œuvre rapidement, passant à 2 mètres des rochers. OUF !
On se laisse conduire jusqu'au grand quai des cargos où tous les navigateurs et le personnel du port sont là pour nous accueillir et nous aider. Après toute cette tension accumulée, se savoir enfin arrivé et un véritable soulagement, on en a les larmes aux yeux !




Cinq minutes après avoir mis nos lignes à quai ( lieu temporaire), le mécano déboule et nous rassure direct en nous disant qu'il y aura toujours moyen de bidouiller un truc sur la pompe de gavage, en piquant des pièces s'il le faut sur d'autres moteurs.

Puis ce sont les autorités qui défilent dans le bateau, contrôle sanitaire, papiers d'immigration, formalités diverses... Fruits et légumes sont saisis, le bateau flitoxé. On va s'informer du prix du remorquage effectué : 150 euros ( ce qui est raisonnable).
Enfin, nous pouvons souffler, manger et boire un coup avec un couple de suédois que nous avions rencontré aux Gambiers !
C'est marrant comme le fait de vivre certaines galères, nous fait d'autant plus apprécier chaque instant qui ne l'est pas. Il faut dire que l'on flotte dans un état d'ivresse lié au manque de sommeil, à la retombée du stress, et au fait que l'on ne soit plus soumis aux mouvements de la houle. A terre j'arrive à peine à marcher droit, la tête me tourne, mes jambes flageolent.
Et quand vient l'heure du coucher, allongé dans nos cabines nous touchons à l'extase avoir un lit presque à plat. Nos corps s'enfoncent dans les profondeurs récupératrices.



Tous les navigateurs se préparent à l'arrivée du coup de Nord ( qui semble plus que redoutable). La plupart ont décidé de partir de là, ce qui implique qu'ils vont se prendre le front en mer !

Quand à nous, une idée à germée,
dans le port se trouve une petite enclave pour les locaux qui est abritée d'une petite digue au Nord. Même si toutes les places sont occupées, Marco envisage la possibilité de se mettre à couple avec un bateau de pêche. Il va donc trouver le type, brasse avec le port et au final, il semble que cela soit envisageable...
Mais avant il faut que notre moteur soit en état de fonctionner !




Rarotonga est une île aux reliefs montagneux et vert, « la ville » et les habitations ressemblent vraiment à celles de la Nouvelle Zélande. C'est un changement de décor et d'ambiance : tout est propret, soigné, de belles maisons aux jardins bien entretenus, toutes les commodités souhaitées...


Ajouter une légende









Ce que nous apprécions c'est aussi la température ! Il fait bon et même frais la nuit : nous avons changé de latitudes... Les gens sont d'un abord sympathique !


































Espérons que nous ayons le temps de faire un tour d'île et de se balader un peu car le lieu à l'air vraiment agréable !






Et ça l'est!!!

















mardi 30 août 2016

Du 21/08 au 29/08/2016 MOOREA- HUAHINE

Moorea l'île voisine n'est qu'à quelques heures de navigation. Les
pics, pitons et hautes montagnes verdoyantes donnent un relief
particulier à cette île. Nous pénétrons dans la baie d'Opunohu
encadrée de ces pointes effilées et majestueuses : un des plus beaux
mouillages de la société, qui n'est pas sans rappeler les Marquises,
côté paysages !
 Nous jetons l'ancre au pied des montagnes, avant que nous nous
rendions compte que nous sommes dans une zone protégée et donc
interdite. Nous retournons donc près de la passe où se trouvent
d'autres voiliers.
 Côté mouillage, c'est plutôt confortable : petit lagon, protection du
reef d'un côté et des montagnes de l'autre... Ca peut bastonner de
tous les côtés on est abrité. D'ailleurs très vite nous le vérifions,
dans la nuit de fortes rafales du Nord- Est commencent à débouler, se
sentant en sécurité nous nous abandonnons au sommeil sans trop
d'inquiétude. ( On commence à prendre l'habitude des rafales!). Le
lendemain, quelle n'est pas notre surprise de constater que nous avons
le cul à quelques mètres des rochers ! Décidément il n'y a pas moyen
de relâcher notre vigilance...Quelques bateaux ont eux aussi dérapés,
ceux dont l'équipage était éveillé ont pu manoeuvrés, un autre est
allé s'échouer sur les berges ! Nous, on a eu du bol, une fois de plus!
Le vent tournicote, forcit, c'est pas bon signe, on ne va pas tarder à
se prendre un coup de Trafalgar du Sud, on commence à connaître la
musique !
C'est bien le cas, le vent passe Nord, klaxonne, passe Sud, re- klaxonne : avec des claques à 35 nœuds ! Des trombes d'eau s'abattent! Un bateau dérape, heureusement il fait jour et peut agir rapidement. Y a de l'ambiance ! A chaque changement de direction Marco plonge vérifier l'ancre. Durant 2 jours on est coincé sur le bateau. Puis en attendant que la mélodie se calme, nous partons marcher dans les montagnes. Voilà des mois que nous n'avons pas respiré l'odeur de la terre, de la forêt et l'air frais des hauteurs. La luxuriance nous pénètre et la vue des sommets nous subjugue... Ceux ci sont souvent entichés de robes nuageuses ou de fibres vaporeuses. Ne laissant deviner qu'une parcelle de leur forme, se couvrant un peu plus ou se mettant soudainement à nu. 
 
 

Chaque jour nous choisissons de nouveaux itinéraires tantôt nous
sillonnons  dans la vallée des ananas, ou dans les denses forêts,
tantôt nous grimpons aux pieds des pitons...
La météo restant perturbée, nous patientons d'une douce façon par des
bains de nature.Chaque lieu nous offre une spécificité : si parfois certains se
prêtent davantage pour la plongée, d'autres sont parfaits pour faire
de belles randos... Parfois c'est plutôt le côté relationnel avec les
locaux qui priment...
Il faut juste rester ouvert à toutes les opportunités qui se
présentent sans faire de planning préétablit à l'avance ! C'est
d'ailleurs tout l'intérêt du voyage : se laisser surprendre et adapter
nos activités en conséquent. Et parfois, il faut juste  savoir se
satisfaire de ne rien faire ou accepter les longues heures de
surveillance à bord lorsque les vents sont furieux ...
Ce qui importe c'est de savoir garder une fraîcheur d'esprit, un
regard neuf sur chaque situation et chaque lieu et pour cela les
aprioris, les idées préconçues et les références antérieures doivent
être dissous. C'est ainsi que nous découvrons à nouveaux les îles de la société,
alors que l'année précédente (dans un autre contexte) nous n'avions
pas été très emballés ! Comme quoi, on peut passer à côté de beaucoup
de choses si nous ne savons pas garder l'oeil et l'esprit ouverts... 
 
 
Nous rejoignons Huahine, dernière étape en Polynésie Française. Nous
allons y faire notre sortie côté papier, nos derniers achats et en
profiter pour saluer Jean Luc et Matilde ( des amis qui vivent là!).
Nous nous tenons informés de l'évolution météorologique car le départ
pour les Tonga se profile. Aux vues des conditions, il se peut que
nous fassions la route Nord. Elle offre l'avantage de pouvoir  faire
une escale au milieu de notre route : aux îles Cook du Nord à Suwarrow
( un atoll préservé). Cette route vers l'Ouest nous contraint
cependant, à traverser la SPCZ (  zones de convergences) qui stagne
dans cette partie du Pacifique. Il est donc important de bien étudier
les bulletins météo afin de la contourner au maximum !
A ce propos, aux dernières nouvelles cette SPCZ  pourrait bien se
pointer sur Suwarrow vers le 6-7 Sept ce qui ne fait guère notre
affaire ! Alors on cogite peut être va t on s'orienter vers
Palmerston,  île Cook du Sud ( pas de lagon mais bouée à l'extérieure
qui nous permettrait de faire escale au moins une nuit ou 2 ?)
On a encore une journée pour y réfléchir...
 
 
 1300 milles soit 2600km de traversée nous attend, c'est un gros
morceau ! Il y a toujours un peu d'appréhension avant départ, nous
savons que toute traversée réserve son lot de surprises...
C'est donc partit pour une quinzaine de jours de navigation...
Bonne fin d'été à vous et à très bientôt pour les nouvelles !



samedi 20 août 2016

Du 12/08 au 20/08/2016  TIKEHAU_- TAHITI




Nous laissons derrière nous ces atolls et cette splendeur des Tuamotu. Nous serons restés au cumul plus de 6 mois et demi dans cet archipel. Si l'on veut profiter ce tous ces différents atolls et se mettre au rythme local, il fallait bien ce temps. En prenant la passe de sortie de Tikehau, nous savons que nous n'y reviendrons pas, aussi c'est avec un petit pincement au cœur que nous partons.








La pleine lune a décidé de célébrer notre départ en baignant de sa clarté ces beaux rivages qui s'éloignent peu à peu.






Les dix premières heures de navigation au près sont un peu agitées. Puis peu à peu comme prévu les vents faiblissent le lendemain. La nuit suivante est douce et lumineuse. Nous arrivons à Papeete au lever du jour. Marco met le moteur afin de se préparer à rentrer dans la passe, très vite le moteur se met à fumer et une odeur de cramé envahi le cockpit. Tête dans le moteur Marco doit rapidement agir. La courroie d'alternateur est en train de fondre ! Alors il faut changer tout ça !
Nous ne sommes pas seuls à vouloir franchir la passe, de gros cargos attendent leur tour pour rentrer, nous faisons de même à la queue leu-leu. Les autorités portuaires nous invite à se caler derrière un engin de 120 mètres de long, (c'est là où l'on prend réellement conscience de notre taille minuscule ! )



Nous arrivons au cœur de la ville de Papeete à la marina toute neuve. Quel changement d'un coup ! Nous prenons place au quai en regardant la file de bagnole dans les embouteillages matinaux. Le bruit nous fait peur, on ne s'entend même plus parler. Ce décors pour le moins atypique offre l'avantage de pouvoir trouver tout ce que l'on veut, et de pouvoir charger les provisions et matériaux facilement sans avoir recours à notre annexe toujours crevée !
A peine arrivé, nous nous activons : papier à la marina, aller au ship chercher notre nouvelle chaine d'ancre, courses diverses.... On court toute la journée, on ne chaume pas car demain c'est le WKD et la plupart des magasins seront fermés. Après être allé nous restaurer aux roulottes, nous rentrons titubant de sommeil et tombons raide.
Le lendemain c'est repartit à fond la caisse : notre pote gréeur passe pour quelques travaux sur le gréement, puis le marathon de l'achat, de l'avitaillement reprend : la carte bancaire fume!
On passe du marché de Papeete aux couleurs légumes, fruits... au super marché gigantesque...


Samedi soir la mission est quasi accomplie, notre efficacité s'avère redoutable ! Il faut dire que stagner dans les villes c'est pas notre truc, même si sous certains aspect Papeete peut être plaisant. C'est encore une ville aux constructions humaines, (pas de building). Les petits commerces trouvent encore leur place au milieu des grandes enseignes. Les paréos pendus aux coins des rues donnent des notes colorées.


Demain, nous partons à Moorea, trouver un abri aux forts vents qui se pointent. La météo ne s'annonce pas favorable la semaine qui vient pour penser entreprendre notre traversée , il nous faudra patienter, encore....

vendredi 19 août 2016

Du 21/07 au 01/08/2016 D'APATAKI à RANGIROA


Les motus ici sont très longs, c'est un régal que de pouvoir marcher des heures côté lagon sur les immenses plages de corail blanc ou longer le platier côté océan à la recherche de coquillages.
La paix habite ces lieux... Personne.


Seuls les poissons sont intrigués de notre présence et viennent sur le bord nous voir, nous sourire, parfois même nous toucher, la présence humaine est loin de les effrayer.

De belles carangues bleues, des perroquets arc en ciel, des mérous, des murènes, des requins nous approchent dans quelques centimètres d'eau.


L'eau est si transparente que l'on a parfois l'impression qu'il flottent dans les airs.


Les journées coulent en un filet de temps joyeux, oubliant quel jour nous sommes.


Après quelques jours de vent musclé, ce dernier semble s'essouffler un peu, avant qu'il ne reprenne son expiration, nous en profitons pour mettre les voiles en direction de Rangiroa à 75 milles de là. Un vent léger nous accompagne au vent arrière, nous obligeant à mettre le tangon. Tidoudou à cette allure se dandine copieusement avec son ventre rond. Nous longeons l'atoll Arotua de nuit, puis de Rangiroa pour rejoindre la passe au Nord au lever du jour.



Nous ne pouvions arriver mieux ! Au moment parfait de l'étale, nous pénétrons à l'intérieur du lagon tout en douceur (en principe, celle-ci est redoutable côté courant). Déjà, quelques bateaux déchargent un flot de touristes dans les eaux de la passe. Cela faisait un bon moment que nous n'avions pas vu autant de monde : 12 voiliers au mouillage, des bateaux moteurs de toutes parts, des vacanciers, des plongeurs... Quelle agitation après ces derniers mois sans voir personne !
Cependant, cela nous fait plaisir de retrouver une certaine forme de vie humaine et des alimentations. Cela peut paraître bête, mais quel plaisir de pouvoir s'acheter du chocolat, de la bière, des biscuits, même des yaourts..., (cette fois, pas de légumes, ni de fruits , hélas! !)
Du coup, ces arrêts aux villages prennent des airs de fête en allant découvrir ce que l'on peut y trouver ! Si en France nous restons impassible devant toute cette abondance et ce trop plein dont regorgent nos supermarchés, ici les choses prennent une toute autre valeur ( surtout en venant d'autres atolls plus isolés).


Rangiroa est l'un des atolls le plus connu et fréquenté des Tuamotu ( avec Fakarava). Rangiroa est le deuxième plus grand lagon au monde : 75km de long sur 26km de large. Il est réputé pour sa plongée sous marine et notamment la passe de Tiputa ( par laquelle nous sommes entrés). De ce fait, il y a beaucoup de plongeurs et de vacanciers ! Des infrastructures hôtelières et de plongées se sont crées autour des 2 villages. Cependant, les 240 motus laissent de quoi trouver des endroits restant sauvages.
En attendant d'aller en découvrir certains, nous profitons de ce qu'il nous est donné de faire : courses et plongées dans l'aquarium naturel près de la passe.
C'est effectivement extraordinaire côté plongée : des poissons de toutes les couleurs viennent former un rideau devant nos yeux. Nous avons amené le reste de notre pain, nous sommes assaillis de toute part, certains nous prenant pour un quignon viennent nous mordre !

La diversité et la quantité d'espèces nous laissent pantois. Une tortue vient nous saluer, une requine au ventre gonflé, tourne autour de nous avec nonchalance, un énorme requin gris de plus de 2 mètres nous fascine, une murène géante danse, des napoléons, barracudas et autres gros et petits poissons nous ravissent...










De retour au bateau, une nuée d'oiseaux des mers viennent se percher sur nos filières. Le ciel et la mer nous offrent leur plus beau sourire...
Quel régal !







Cependant il est l'heure de lever l'ancre car du vent de Sud Est est prévu. Nous faisons cap sur les motus du Sud, là où l'on peut observer sur les plages des concrétions volcaniques particulières.

Encore un lieu étonnant avec ces roches acérées ( de véritables lames de rasoir) sortant du sable. Se balader au milieu de ces sculptures naturelles semblent un peu sur réaliste.



Dans la cocoteraie en chemin, nous rencontrons un gars qui fait du copra, il nous appelle, trop content de pouvoir parler à quelqu'un. Ces gaillards faisant le copra sont de véritables titans au travail !


 Celui-ci travaille seul et s'est aménagé un vieux vélo pour ramener ses sacs de copra jusqu'au lieu où il va les faire sécher. Pour cela il doit traverser un Hoa, à marée basse tout va bien , mais cela se complique lorsque la marée est haute. Nous restons un moment avec lui, il discute tout en étalant soigneusement la chaire des noix de coco sur une bâche, afin de les faire sécher. Tous les soirs il les couvre, afin de les protéger d'une éventuelle pluie. Sa bouille joviale et avenante, son éloquence, nous font passer un bon moment. Nous le retrouvons le lendemain avec le même plaisir.
Certains de ces gars ( comme lui) vivent en permanence sur des motus retirés sans que la solitude ne leur pèse de trop, il ont une vie très spartiate avec un confort réduit à un strict minimum : un matelas couvert par un toit en tôle, plus ou moins ouvert au 4 vents, (même pas de moustiquaire) parfois tout juste une cuisinière ! Les tables, bancs, lit sont faits avec les matériaux existant sur le lieu. S'ils se débrouillent pour faire venir du village quelques produits de base qui se conservent, ils vivent quasi en autonomie, pêchant, chassant les crabes et langoustes... Ils travaillent dur : du matin au soir, souvent dans des lieux infestés de moustiques ou de nonos... Mai ils ne se plaignent jamais, au contraire, ils nous disent avoir la tranquillité et la liberté de travailler comme il veulent et quand ils veulent. Ils aiment leur vie, et cela se voit par leur joie d'être.



Ce soir, Marco décide d'aller chasser la langouste, je le laisse aller seul car le platier ne m'inspire pas, trop de failles et de roches. Il revient au bout d'une heure avec le dos lacéré, il s'est fait renverser par une série de vagues, s'est fait une belle frayeur, mais il a 4 belles langoustes dans son seau !
Nous en tuons 2 et les mettons au frigo. Les 2 autres nous les mettons dans notre vivier de fortune, un filet en plastique que nous accrochons à l'arrière du bateau. Le lendemain on constate qu'une a réussie à s'échapper par un trou ! Nous nous régalons tout de même avec les 3 autres...


Le lagon est trop grand pour que nous puissions trouver refuge dès que le vent change de secteur ! Du coup, le vent a tourné et s'est intensifié et nous voilà depuis 2 jours ballotés façon rock&roll dans notre coque de noix. Nous ne pouvons même pas envisager d'aller à terre. Marco a à nouveau une bonne otite ( qu'est ce qu'il refuse une fois de plus d'entendre?), en tout cas le copieux tangage n'arrange en rien son état !
Les nuits sont agitées et les 2 coussins bloqués de part et d'autre du corps ne suffisent à maintenir une station stable. Les viscères se baladent à droite à gauche, le cerveau balotte dans la boite crânienne, le corps malgré lui se contacte à chaque mouvement... Sans parler du bruit infernal du vent et de l'eau, des drisses et autres petites choses mal calées... Nous attendons que le vent faiblisse patiemment. Nous ne tardons pas à nous barrer de là, à la première occasion, pour rejoindre le mouillage du village, plus abrité.
Aux abords de la passe, nous avons droit à un spectacle effrayant : actuellement une grosse houle passe par dessus la barrière de corail et remplit le lagon, celui-ci se vide donc par les passes, générant un courant d'une intensité que nous n'avions encore jamais vu. Un mascaret dans la passe d'une hauteur impressionnante déferle et à l'extérieur des vagues sauvages, féroces déchiquettent l'eau, la mettant en ébullition. Nous ne nous risquerons pas à sortir aujourd'hui, ni personne d'ailleurs...


L'impermanence est toujours en action avec alternance de calme et d'agitation... Peut être est ce elle qui nous incite, ainsi, à trouver davantage de constance à l'intérieur de nous ! A trouver l'axe d'appui nous permettant de conserver notre équilibre malgré ce qui se passe à l'extérieur.

La longueur et l'exposition de cet atoll de Rangiroa, ne nous conviennent guère, aussi nous pensons retourner à Tikehau dès que les conditions nous le permettront, cela ne saurait tarder...